Artwork

Duncan Storr travaillant sur la pochette du nouvel album :

Duncan Storr Progresson By Failure

Duncan Storr et Nicolas Piveteau sont entrés en contact pas le bais de Myspace au début du processus de composition du deuxième album. Cette rencontre s’est transformée en un réel échange entre musique et images. Duncan Storr a créé un visuel pour chaque morceau du prochain album. Tout son travail pour « Sonic Travelogue » se retrouvera dans le livret de l’édition limitée.

Duncan a grandi dans la campagne éthérée de Wensleydale, North Yorkshire, où il a passé la plupart de son temps avec du papier, des crayons et de la peinture, à dessiner dans les arbres ou à même le sol.

À la fin des années 1970, il fit une année d’initiation au York College of Art, où il a été introduit dans le monde de la ville  avec ses bars miteux et ses groupes jouant live. Il a ensuite gagner un BA Honours Degree en Illustration avec une spécialisation supplémentaire en animation, au Newport College of Art, au Pays de Galles.

Après avoir quitté le Pays de Galles, il entra comme jeune illustrateur dans une compétition annuelle dont il devint l’un des finalistes, et exposa à la Galerie Smith, Covent Garden, où il fut repéré par l’Oxford University Press, qui l’utilisa pour des livres pour enfants et des publications éducatives.
Duncan a toujours aimé la musique rock, et fut ainsi ravi d’obtenir une demande pour faire la pochette de l’album de Hawkwinds « Live Chronicles » en 1986 et la même année pour l’album «Where Legend Began», d’English Dogs, sur le label Under Black Flag. De nombreuses de ces illustrations furent utilisées par des maisons de disques et des groupes internationaux au cours des années.

En outre Duncan a travaillé aux côtés du constructeur de vitrail, Mark Smith, à la conception et à la création de vitraux pour des églises, des lieux publics ou des logements privés. Certains de leurs travaux sur des vitraux d’églises sont visibles à l’Eglise St.John’s, Westerhope (’The Elements) et à Newcastle et à l’Eglise St Mary, Willington, Newcastle (the ’Nativity’).

Duncan tire l’essentiel de son inspiration du monde naturel autour de lui. Sa créativité découle d’une forte imagination et de l’amour des formes provenant de l’art celtique et de la mythologie.